Chablis 2011: championnat de dégustation

Compte-rendu de dégustation de 2 jeunes sangliers en détresse, en attendant celui de nos 2 « grognards » !

Après un départ à 5 h du matin par un froid glacial et une route recouverte de givre, le voyage se déroule dans une ambiance chaleureuse et guillerette.

Troyes, les derniers km ne devaient être qu’un fomalité, mais 2 déviations successives perturbent notre trajet et laissent planer un doute sur l’heure d’arrivée. Heureusement, nous sommes à l’heure -8h40- et nous trouvons une place devant l’entrée de la salle. Peu de monde arrivé. Nous allons signaler notre arrivée a Philippe. Nous sommes en règle, Jacky nous demande « où sont les internoephiles ? » !

Quelques saluts amicaux, quelques mains serrées a nos amis belges, nous cherchonc nos places dans cette belle salle. 2 binomes par table, nous sommes bien accompagnés par 2 grands gaillards à l’accent du nord (de la France), nous apprendrons plus tard qu’ils sont Champion d’Europe en titre. Si nous avions su, nous aurions regardé leur fiche…

9h10 – la compétition commence. C’est parti pour plus de 4 heures de concentration…

1er vin : Vin mousseux de qualité  Cave de Saint André de Figuières 2009 (Grenache blanc – Cinsault)

Nez de fruits rouges évoluant exclusivement sur la cerise, accompagnée de notes de pomme surprenantes. Bouche corsée a mon goût, finale peu agréable.

La cerise nous amène au Pinot Noir, mais la pomme nous laisse sceptique (pinot meunier ?). Bizarre, est-ce un champagne ?

On propose Champagne TARLANT Rosé 2004 – Pinot noir + ?

JM et BJ :  Vin mousseux rosé. Nous sommes d’accord que ce n’est pas un champagne (par sa bouche..salinité..) malgré le fait qu’il soit très cerise (pinot noir évoqué ensuite). Nous ne trouvons rien dans nos connaissances sur le cremant et autres effervescents. ça commence bien.. Nous marquerons plus tard Champagne rosé à base de pinot noir 2005 domaine Boulard pour faire plaisir à ceux qui m’ont dit : c’est toujours un champ.

2ème vin: Muscadet de Sévre et Maine sur lies du Clos des Orfeuilles 2009 – melon de Bourgogne
Nez sur les agrumes, très floral, pomme, puis un peu de végétal

Attaque vive sur les agrumes, milieu de Bouche plus ample sur la pêche et les fleurs blanches

Finale très minérale, on sent le cailloux

1ères hésitation : sauvignon de St Bris (Goisot notamment dégusté dernièrement) ; Chenin de Loire, Riesling alsacien ? On attend le vin suivant et on choisi :

Coteaux du Vendomois – Domaine Patrice Colin 2008 (on hésitait avec 2009) – Chenin

Le muscadet ne nous a jamais effleuré l’esprit, j’aurais du lire en entier les commentaires de IVV sur le muscadet, ou en goûter davantage sur les salons !

JM et BJ :  Après avoir erré dans toute la loire cherchant le mono cépage correspondant aux sensations (belle acidité et minéralité) le melon de bourgogne devient évident grâce aux dégustations de la haute fevrie et des muscadets de jo Landron à paris millésime 2009 choisi..bonne pioche.
3ème vin:  Sancerre 2008 du Domaine Vacheron  Les romains

Désolé, mais notre nez était pétrolé tel un riesling un peu agé

L’attaque est vive, belle tension, léger sucre résiduel en milieu de bouche, finale saline

Au réchauffement, ce pétrolé s’atténue légèrement laissant apparaître un peu d’agrumes et de fleurs blanches

Sans hésitation, on propose :

Riesling – Domaine André Kientzler – GC Osterberg 2007 

BJ et JM n’ont pas du tout eu la même impression sur le vin ! Problème de bouteille ou de millésime ??? Est-ce cette bouteille dont le propriétaire a envoyer 2 millésimes différents ?

Pas de regrets (sauf à demander a être resservi avec le vin d’une autre carafe), nous étions sur de nous !

JM et BJ : Dès le 1er nez et la 1ère bouche, le côté variétal du sauvignon est évident (buis, bourgeon de cassis ). on hésite entre sancerre et quincy.
on marque quincy du domaine Rouzé 2009 (hesitation avec 2008 très beau millésime en sancerrois)

4ème vin : Pouilly Fuissé du Domaine Lassarat  Cuvée Racines 2007

Arômes de pierre à fusil, d’agrumes, d’aupépine

Bouche fruitée (fruits blancs), ronde , finale sur la noisette, belle minéralité

Pas d’hésitation sur le Chardonnay mais de quelle région : on évoque Chablis (éliminé d’office), Cote de Beaune (St aubin, Meursault) ou Maconnais (Pouilly-Fuissé)

En fonction du prix on choisi (mal) :

St Romain –1er cru Sous le château 2008 – Christophe Buisson
JM et BJ : on tombe d’accord avec JM sur le chardonnay de bourgogne qu’on décline du nord au sud pour tomber d’accord sur le maconnais (belle acidité…arômes..minéralité..boisé assez prononcé). Je ne reconnais pas le pouilly fuissé adoré de Gudrun et passe  sur le viré clessé en comparaison avec ceux du  domaine Bonhomme.
Viré clessé 2008 jp Michel
5ème vin: Montlouis F. Chidaine Le Clos du Breuil 2008 – chenin
Fruits blancs au départ puis rapidement dominante agrumes (citron/orange) puis caramel

Beaucoup de minéralité en bouche, agrumes puis fruits exotiques et miel

On hésite encore : est-ce un Bordeaux blanc en assemblage sauvignon sémillon sur un millésime riche (2009), mais la forte minéralité nous fait hésiter. Un éclair de Bachus nous amène a Jurançon (agrumes, orange, fruits exo, minéral…). Nous tombons d’accord et proposons :

Jurançon Sec – Clos Uroulat – Cuvée marie 2008 – Gros Manseng

Merci Aligoté, nous n’étions pas tout seul a Jurançon, ça nous rassure. Mais au final, on est loin !

JM et BJ :  Au nez et à la bouche vin de monocépage… on est encore en Loire mais on supprime pour la richesse (on a déjà 2 Loire dont je suis assez sûr) et cherchons dans le sud, il est temps de trouver le soleil. Il me semble reconnaître le rolle (vermentino). beaucoup de fraicheur. richesse puissance agrumes. Je n’ai pas trouvé le coing du chenin et ai du subir les quolibets de bakus à ce sujet..
On marquera un côte de provence 2008 ou 2009
6ème vin : Pinot Gris  de la Cave de Pfaffenheim clos des Amandiers 2008

Pressés par le temps et probable baisse de vigilance, nous sommes servis dans les derniers et nous lâchons complètement ce vin en 3 minutes. Etant sur de notre riesling, nous n’évoquons même pas l’alsace malgré les sucres résiduels, j’ai honte car il était trouvable si on avait pris le temps
Fruits exotiques, agrumes, minéral

Bouche riche, léger sucre résiduel qui nous amène au sud a dominante de chardonnay

En désespoir de cause nous proposons :

Coteaux du Languedoc – Clos Marie 2009 

Une nouvelle fois tout faux, j’ai honte car je suis censé assurer davantage sur les blancs : c’est raté !

JM et BJ : avant même de déguster j’ai décidé que ce serait un sud ouest pour la logique de bonne repartition… vin puissant très gras riche sur les fruits… jurançon… on tombe d’accord et on commence à remplir la fiche et à chercher des domaines… puis ma secrétaire travaillant, je reviens sur le vin et remarque plus le sucre résiduel et pense à l’alsace.. mais oui c’est bien sûr… on redéguste… il faut rendre les feuilles nous dit un gars (beau mec il faut le dire) sur l’estrade… je pense pinot gris pour le gras… on marque gewurztraminer ce qui va nous coûter cher.
Alsace gewurztraminer grand cru eichberg paul ginglinger 2008..
On passe aux rouges, Bakus je compte sur toi :

7ème vin: Sancerre cuvée Charlouise 2008 de Vincent Pinard

Nez de fruits rouges frais, cerise, légèrement fumé, voir chocolaté

Belle attaque, fruits murs

Pinot Noir 2009 ou bas de la bourgogne : un peu atypique, un pinot de Loire me traverse l’esprit, mais on joue la probabilité n’ayant jamais goûter de sancerre (ou menetou) rouge.

Après avoir hésité sur Givry, nous restons en Beaune sur 2009 (assez atypique) et proposons :

Marange 1er cru Les fussières 2009 – Domaine Vincent MOREY (faut bien que le guide vert serve, même à mettre des c….)

JM et BJ :  a la teinte et aux  arômes de cerise on table sur un  pinot noir jeune riche très beau. Après recherche dans toute la bourgogne qu’on abandonne on évoque l’alsace, la loire (mais non il y a dejà eu bcp de loire en blanc) puis la mondeuse la cousine …on marque au brouillon bourgogne  pour passer au 2eme rouge.
Plus tard j’évoquerai un gamay de beaujolais 2009 (très bourguignon en 2009) qu’on écrira…la teinte plus claire et les arômes auraient du nous écarter de cette piste..2ere grosse bourde évitable..


8ème vin : Monthélie 2004 de Pierre Morey

Au 7ème vin nous proposions un Morey (vincent pas Pierre), mais on l’a encore dans le désordre.

Robe évoluée, nez animal, musqué et comme disait Bakus, « ça sent la fiente de poulet » (c’est pas forcément un compliment). ça écrase tout le reste, c’est assez désagréable et comble de malchance, finale astringente.

Grosse erreur, nous aurions du faire appel a… Hans pour une autre carafe (on aura au moins appris ça).

On tourne, on cherche, on n’est pas vraiment emballé ni d’accord, ça nous destabilise. Un peu d’épice apparaît, quelques fruits rouges, mais…

Syrah sur St-Jo, Mourvèdre sur Bandol à l’animal parfois prononcé, Bakus évoque un Irançy (j’aurais du l’écouter, nous aurions eu au moins le Pinot Noir)

On (je) élimine le pinot noir (a tord) puisque nous venions d’en avoir un (1 piège de Philippe !?). je me rappelle d’un Haut de Vannières 2005, presque imbuvable, désagréable, on propose :
Bandol – Château Vannières 2005 – Mourvèdre 

Encore tout faux, même le millésime

JM et BJ : surprenant ce vin … des arômes et une teinte très évolués cuir… fruits macérés… un vieux bourgogne première impression mais j’aime pas… on évoque le jura et le poulsard (tout le monde sait que bottlejack a du mal avec cette région…pardon Jean, mon ami lakuzon). On ne reviendra pas sur cette piste alors que le vin 12 et l’absence de pinot noir sur notre fiche de rendu auraient du nous conforter sur note 1er choix…Encore perdu car on a choisi 2005 poulsard …j’aurais pensé plus vieux que 2004 pour un pinot noir.
Bref! le pinot gris et les pinots noirs évoqués nous coûtent 30 points..
Heureusement les 4 suivants seront assez bien décryptés alors que ce ne sont pas mes points forts en général.

9ème vin : Faugères Domaine de Fenouillet 2008 (30% G ; 20% S ;20% Ca ;20% Cin ;10% M)

On se reconcentre un peu : Nez beurré (lacté), vanillé, beaucoup de fruits

Bouche riche, fruits rouges, épices, vanille… très soyeux

On pense a un assemblage du Languedoc Syrah, grenache, Carignan… et on propose :

Domaine de Cazeneuve Coteaux du Languedoc pic st Loup 2008 – Syrah dominante

Pas trop mal finalement, ça aurait pu être pire !
JM et BJ  :  beau vin du sud d’entrée… jeune… belle fraicheur beau fruité  on évoque la syrah, le grenache… on hésite rhône sud et languedoc (roussillon compris vignoble..)…puis le carignan…
On part donc en languedoc.
On marquera minivervois la livinière 2008 (dominante syrah) le majoritaire est le grenache avec 10% de +..
10ème vin : Grenache – Chateauneuf du Pape Domaine Juliette Avril 2009

Nez sur les épices, fruits noirs, vanille

Bouche sur les fruits noirs, légèrement animal, lardé

Très riche et très long. Après réflexion on s’oriente vers une belle grenache du Roussillon (trop rapidement car vin très classe, on aurait du réfléchir au rhone sud) .

Sûrement influencé par la dernière bouteille secrète, nous ferons la même proposition qu’Aligoté :

Cotes du Roussillon Village – Domaine des Soulanes -Sarrat del Mas 2008

Encore un mauvais choix de millésime à pile ou face car on hésitait encore avec 2009 – on est content du grenache

JM et BJ : d’entrée je pense grenache chateauneuf du pape… beaucoup de fraicheur pour un rhône sud… je suis assez sûr… on choisira un millésime très beau 2007… erreur c’est un 2009 (je suis surpris par son côté bon à boire déjà moi qui aime les vins assez vieux..)

11ème Vin :Costières de Nîmes  2009 Terre des Chardons Cuvée Bien Luné (60% S ; 40% G)

Nez assez surprenant avec des fleurs assez entêtantes (rose notamment), puis l’olive noire, la tapenade

Bouche tout aussi surprenante sur les fruits noirs confits, la vanille, les épices, les fleurs, les olives. Finales piquante et assez fraîche. Bizarre !

On a épuisé notre stock de vins du sud. Au lieu de chercher a se raccrocher à quelque chose que l’on connaît en essayant de marquer quelques points, on propose quelque chose d’encore plus bizarre car ne connaissant guère plus :

Mondeuse – Vin de savoie Arbin – Les fils de Charles Trosset – les 10 arpents 2009

N’importe quoi ! La syrah était évidente… A trop réfléchir… ou a se relacher complètement (il est 12h45)

JM et BJ :  alors là c’est la galère…3 echantillons de 3 carafes goûtés à différents moments (hans repasse ) nous donnent des vins différents mais où la syrah du sud semble être reconnue… on galère…
On marquera syrah pour le cépage… côte de provence pour la fraicheur maritime (on a abandonné la corse aux corse)… dans la panique de fin je ne sais pas quel millésime on a choisi… c’était un costière de Nîmes … pas si loin geographiquement… mais c’est pas la bonne région .

12ème vin :  Macvin du Jura – Domaine de la Tournelle (66% Chardo)
Un nez que je n’apprécie pas. Bakus me connaît, sent et propose un vin du Jura. On ne sent pas la noix du savagnin. On hésite avec un ambré de Rivesaltes et… pressé par le temps comme à la fin de la première série on marque notre dernière impression (sous la pression de Philippe qui commence a avoir faim) et nous marquons bêtement :

Muscat de Rivesalte Ambré – Domaine Cazes 1998

Avec un peu de temps et de réflexion, nous aurions du revenir au jura et au macvin souvent a base de Chardonnay et ces notes de thé vert. Encore un vin gâché bêtement, ça commence  faire beaucoup !

JM et BJ : D’entrée on pense tous les 2 : ratafia de champagne pour revenir au jura et au macvin … je suis sûr … c’est un macvin… normalement il n’y a pas de millésime.. on marque 2007.. dne Tissot j.et mireille
Pour le cepage je choisis le chardonnay (50% de chardonnay en jura ..ça je le sais.)
On marquera Jura Macvin Arbois… il faurt rendre et je ne sais plus comment se nomme précisément l’appellation précise… pas précis les nouveaux guides de la Rvf…

Seb et Xav : Bon, au final, c’est pas bon (46 points et 4 bouteilles vendangées par précipitation ou par destabilisation). Nous devons améliorer notre organisation, notre méthode et surtout s’entraîner de façon spécifique et méthodique.

Mais nous sommes très content de nos échanges (après compétition) avec nos amis belges (champions d’Europe en titre avec qui nous partagions la table) qui nous ont donné quelques précieux conseils. On s’est bien amusé quand même et c’est bien là l’essentiel.

Nous tenterons de faire mieux la prochaine fois à Reims, ça ne devrait pas être trop difficile !!!

Reims, c’est pas très loin ! ça intéresse quelqu’un ?

JM et BJ : belle 14ème place pour ce nouveau duo. Les anciens sont vraiment trop forts !

Rappel :

Points de cépage : 10 pts maximum si monocépage ou selon le pourcentage dans le vin (70% = 7 pts)

Points d’AOC : 6 pts si l’AOC est bonne dégressif plus on s’en éloigne

Points de domaine : 3 points

Points de cuvée (si cuvée) : 2 points

Points de millésime : 3 points si région bonne ou 1 point

Une réponse à Chablis 2011: championnat de dégustation

  1. Manu dit :

    Ben dites donc, c’est vrai qu’il reste des progrès à faire….

    Je pense que le plus difficile pour vous était de se recentrer sur les bases et ne pas chercher midi à 14 heures. Mais, c’est facile à dire quand on n’y est pas. De toute façon, vous avez passé un bon moment avant et après, à défaut de pendant. Le principal est d’y trouver du plaisir.

    Reims n’est pas loin, pas pour concourir mais pour venir vous voir à l’œuvre, histoire de rajouter un peu de pression !!! Le public est-il autorisé dans la salle ? A quelle date cette manche de championnat ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*